Edito

Sauver les universitaires irakiens ?

Depuis 2003, l'Irak ne cesse de compter ses morts. En particulier, plus de 250 scientifiques et universitaires irakiens ont été assassinés dans des circonstances troubles, payant de leur vie leur engagement en faveur du savoir et de la culture. La reconstruction de l'Irak, pour laquelle la communauté internationale a consenti à débourser des sommes colossales, se fait toujours attendre parce que l'on fait l'impasse sur la question essentielle : celle du capital humain, marginalisé par le gouvernement et ignoré par la classe politique. Depuis mars 2006, le Comité international de solidarité avec les universitaires irakiens travaille avec les autorités irakiennes, les pays voisins, la société civile et les organisations internationales afin des proposer des solutions concrètes pour venir en aide à une vocation en péril.

Devant l'assassinat de l'élite irakienne, assassinat qui prive le pays de sa principale richesse, nous avons lancé le 16 mars 2006, à Genève, carrefour humanitaire et scientifique, à Paris, ville du savoir et des Lumières, et à New York, siège des Nations Unies, un appel international pour la défense et la protection des universitaires et des scientifiques irakiens, pour demander aux autorités irakiennes, aux forces multinationales et aux autres acteurs en présence de prendre toutes mesures en leur pouvoir afin de garantir les conditions de sécurité et les conditions matérielles permettant aux étudiants irakiens de bénéficier d'un accès au savoir libre et indépendant.
Le Comité international de solidarité avec les universitaires irakiens et ses représentants élus dans toutes les universités du pays saluent l'intérêt enfin manifesté par la communauté internationale pour la lutte quotidienne de milliers de scientifiques irakiens. À l’initiative de notre comité, l’Unesco et la Qatar fondation organisent du 30 0ctobre au 1er novembre 2008 à Paris une grande conférence internationale consacrée à l’enseigenement en temps de crise en particulier en Irak. Plus de 200 universitaires irakiens et étrangers ainsi que toutes les orgnaisations internationales et régionales seront présents pour relever un seule défi : comment sauver l’université irakienne et comment proteger l’étudiant et le pofesseur ?

--Hasni ABIDI
Directeur du CERMAM et membre fondateur du Comité international